16 أكتوبر 2021
16 أكتوبر 2021 °C

L'ambassadeur d'Algérie en France invite la diaspora à l'investissement dans son pays

+ - 0 قراءة

L'ambassadeur d'Algérie en France, Mohamed Antar Daoud a insisté sur la nécessité d'encourager la diaspora algérienne de France à investir dans on pays d'origine, à travers plus de facilitations et d'allègements des formalités bureaucratiques.

Mr Daoud a déclaré lors du forum d'El Moudjahid qui s'est tenu en hommage aux massacres du 17 octobre 1961, que le fait de détenir une double, triple, ou quadruple nationalité devrait constituer un atout pour les algériens, raison pour laquelle il serait plus judicieux de faciliter les mesures pour ces personnes désirant investir en Algérie, en invitant par la même occasion à " l'assouplissement des mesures bureaucratiques à tout les niveaux ".

En ajoutant : " il est inacceptable pour l'Algérie qui détient la plus grande communauté d'expatriés en France, avec au total 18 consulats au sein de l'hexagone, de ne pouvoir gérer la situation à ce niveau, et d'intervenir non seulement en politique algérienne mais aussi en politique française dans la limite de ses prérogatives ", en insistant sur le fait que " l'Algérie a vraiment besoin de tout ses enfants ".

Par ailleurs, et juste après avoir annoncé l'ouverture du 19 ème consulat d'Algérie en France, Mr Daoud a mis l'accent sur la nécessité de la création d'un réseau réunissant l'ensemble des compétences socio-professionnelles, en rappelant l'élan de solidarité qu'a affiché la communauté d'expatriés de France, lors de la récente crise sanitaire, mais aussi au moment des incendies qui ont récemment traversés l'Algérie. L'ambassadeur a par ailleurs rappelé la vive la volonté de la diaspora algérienne à servir son pays, en saluant notamment le travail réalisé par l'association des amis de l'Algérie en Europe au lendemain de l'indépendance.

Pour rappel l'Algérie avait rappeler le 2 octobre dernier son ambassadeur a Paris pour consultation, suite aux déclarations déplacées du président français Macron qui manquaient de tact à l'égard de l'histoire et des institutions du pays, la décrivant comme " ingérence inadmissible " dans ses affaires internes.

Partager votre opinion